Entre-eux-deux

Retourner aux spectacles

Résumé

C’est l’histoire d’une rencontre dans un train. La rencontre entre deux « solitudes ». Norbert-Herbert Orson qui enferme dans des petits bocaux les souvenirs de sa vie, et Marie Senlavie qui se rend aux funérailles de son père. Cette rencontre les bouleverse l’un comme l’autre.

« Le silence est l’élèment dans lequel se forme les grandes choses pour qu’enfin, elles puissent émerger, parfaites et majestueuses à la lumière de la vie qu’elles vont dominer ». Maurice Maeterlinck in Le trésor des humbles.

Note d'intention
« Fabien Arca, rêve d’Artaud et tricote l’improbable sur des portées poétiques qui empruntent à l’absurde. Elle et lui. Elle, Marie Senlavie, Lui Norbert-Herbert Orson, dans un hall de gare, lieu de tous les possibles, des pires affrontements (comme dans Dialogue en ré majeur, à l’Odéon), ou des effleurement d’âmes comme les imagine Fabien Arca.
Chacun a sa manière d’entreposer ses rêves. Elle qui aurait pu être musicienne, comme son père, dans un étui à violon, lui, dans une valise où sont rangés des flacons enfermant l’air ambiant. Elle lui demande celui de la lune, il lui offre le ciel et les étoiles. On se rencontre et puis on se quitte. Rien de plus simple.
»
Dominique Darzacq in Le journal du théâtre février 1998.